Je vais débuter cet article en insultant gentiment tout le monde, pour que personne ne se sente mis à l’écart.

[stéréotypes ON]

Les Francs-Comtois sont bourrus et malpolis, les Bourguignons insouciants et sectaires, les Nord-Pas-de-Calaisiens sont généreux(sements alcooliques), quant aux Midis Pyrénéens, ils sont orgueilleux et n’ont visiblement pas d’obligation de passer le permis de conduire.

Voilà, maintenant, je peux commencer !

Bien que reconnu comme abordable et non sauvage, il faut bien avouer que le Stéphanois n’est pas l’habitant le plus envié de France. Il se trouve entre le sud et le nord, entre Lyon et Clermont-Ferrand. Il est là, quelque part, au milieu.

Pendant ce temps, ailleurs en France…

Durant le repas, le Bourguignon sort le mot « Stéphanois », et à partir de là, directement, il passe d’invité à Roi de la culture française. Par contre, pour le situer,  il hésite longuement. Peut-être près de Lyon, et encore, il n’en donnerait pas « sa main à couper » ! Le Bourguignon, un peu suffisant sur les bords, n’ose pas avouer qu’il est encore difficile pour lui de reconnaître sa propre région, qui souffre du même mal que Saint-Etienne : être géographiquement mal connu, ou syndrome du « là, au milieu, un peu à droite ».

« Moué je l’connais bien le Stéphââânois » nous affirme le Nord-Pas-de-Calaisien, « c’est un gars du Sud »… En effet, pour tous les habitants qui vivent au-dessus de Vichy (parmi ceux qui savent situer Saint-Etienne), les Stéphanois sont des gens du Sud. Bien sûr, le Nordiste l’imagine avec un bob sur la tête et une grenadine à la main (à boire avec modération). Le Stéphanois souffre certainement de la chaleur, il doit rester proche de son ventilateur, et il est peut-être un peu fainéant sur les bords. Malgré tout, Saint-Etienne étant une ancienne ville ouvrière à c’qu’on lui a dit, « ces gus-là ont l’air bien sympathiques » !

Le Midi-Pyrénéen lui, juge qu’il faut pouvoir toucher la Méditerranée du pied au réveil pour faire partie de la grande famille du Sud. Evidemment, la fontaine en inox place de l’Hôtel de Ville à Sainté ne compte pas, alors le Stéphanois est recalé… au Nord. Il pleut, les habitants sont froids, la ville est grise, et en plus, niveau sécurité c’est bof-bof : « fais attentiong avé le sac quand tu te balâdes, on ne sait jamaille…» Oui bon, il dit ça, c’est bien parce qu’il n’y a probablement jamais mis les pieds !

Quant au Franc-Comtois, pour lui, Saint-Etienne n’est que le terminus du train qu’on prend lorsqu’on va à Lyon durant les soldes. Il se souvient vaguement l’avoir lu à Besançon, dans sa toute nouvelle gare TGV. Il n’a pas tellement d’avis, mis à part, peut-être, que la couleur de la ville verte est le mélange du jaune et du bleu de son équipe de Sochaux. Peut-être…

[stéréotypes OFF]

Aucun Stéphanois n’a été maltraité durant l’écriture de l’article !

Et vous, si vous n’êtes pas Stéphanois pur beurre, vous venez d’où ? Et vous pensiez quoi des Stéphanois avant d’arriver ?