On accueille une invitée aujourd’hui : RogerKAel. AOC de la région stéphanoise aujourd’hui expatriée en Ile de France, RogerKAel à été élevée au charbon, aux babets, au pixel et au design. Elle accompagne à merveille toutes sortes de repas et d’événements, pour peu que vous ne soyez pas allergique aux jeux de mots foireux. C’est sa texture moelleuse et son petit goût de noisette qui font toute la différence. Roger KAel nous a accompagnés dans un resto stéphanois qu’on voulait tester depuis un petit bout de temps déjà et voici ses impressions, illustrées à l’aquarelle par ses soins.

***

Avec Black Totoro et Latchetch, on a testé un bouchon lyonnais à Saint-Etienne, qui sert des plats revisités de la région : La Bouche pleine. C’était un vendredi soir, le restaurant était bondé et nous avons été dirigés vers le sous-sol, où il y avait beaucoup de gens très joyeux qui m’ont fait renouer malgré moi avec l’accent stéphanois !

Le cadre

Grâce à la technologie du monde moderne, une vue a 360° est disponible sur les internets ici. Comme vous pouvez le voir, c’est cosy, des petites niches sont décorées avec des luminaires originaux, de grands tableaux noirs affichent les plats et les vins et des posters rigolos décorent les murs et les plafonds, ainsi que des messages étranges…

Le miam

J’ai pris le menu à 23,90 euros (entrée + plat + dessert).

En entrée, des légumes croquants façon antipasti : légumes confits (courgettes, tomates et carottes) à l’huile d’olive avec un filet de vinaigre balsamique, des copeaux de parmesan, des graines germées fraîches et du radis.

startervegetableJ’avoue avoir été un peu déçue, je m’attendais à quelque chose de plus surprenant au niveau des textures, surtout au niveau du “croquant”.

En plat principal : LA Quenelle ! Alors là je n’ai pas été déçue. Une ENOOORME quenelle bien soufflée arrive dans un caquelon brûlant, elle était accompagnée d’une sauce aux cèpes et aux morilles et d’un petit flan de légumes à la courgette. Sa texture est entre la quenelle et la… brioche ! Et en arrivant à la fin du plat, je découvre avec joie que les morilles m’attendent bien sagement au fond (mangez moi mangez moi mangez moiiiiii).

quenelle2

A présent je vais vous parler des plats de mes voisins de table, dans lesquels j’ai pioché allègrement… Latchetch avait pris un bon gros tartare des familles qui ne plaisantait pas, assaisonné aux pignons, à la sauce Worcestershire et au pesto, servi avec une salade (totalement inutile, selon l’intéressée, qui a d’ailleurs placé ce tartare dans son top 5 perso).tartarMon autre voisin de table a pris une araignée de porc, servie avec un gratin dauphinois. Je ne l’ai pas entendu s’en plaindre ! Quant à Black Totoro, il a choisi le pot-au-feu d’andouillette… qui est une agréable surprise ! L’andouillette n’avait pas ce fort goût de tripes qu’elle peut parfois avoir ,elle était simplement assaisonnée à la moutarde, le tout dans les légumes du pot-au-feu, ce qui lui donnait un goût subtil et savoureux. Si je retourne à La Bouche Pleine, je prendrai ce plat sans hésitation.

potaufeu

Mon estomac n’étant plus ce qu’il était, j’ai pris une petite faisselle au coulis de fruit rouge pour terminer cet agréable repas.

Le verdict

– Le restaurant est convivial, il y a de l’ambiance (mais c’était très bruyant ce soir-là).
– Le service était un peu lent, mais vu que nous y sommes allés un vendredi soir, le restaurant était bondé !
– Venant de Paris, je pensais que ça coûterait un peu moins cher…
– Je reviendrai un jour tester le pot-au-feu à l’andouillette, qui m’a bien vendu du rêve, ainsi qu’un autre plat qui m’a fait saliver à la carte : le burger de Saint-Marcelin !

avis-allez-yambiance-decontractetarifs-raisonnable

La Bouche Pleine
🏡 2, Place Chavanelle
📞 04 27 64 59 40