image 2

C’est la rentrée on reprend tous, un peu doucement, (j’ai comme chaque année doublé ma ration de café pour le réveil du matin) mais pour certains, la rentrée démarre sur les chapeaux de roue. C’est le cas d’Olivier de Zan, membre de l’association Kepler B-22 et créateur du Sainté Street. Il nous parle aujourd’hui de la troisième édition qui aura lieu les 17 et 18 septembre. Mais d’abord faisons les présentations

Y : C’est quoi Kepler B-22 ?

Olivier : L’association Kepler B-22 c’est une association de potes créee il y a 3 ans. L’idée de départ était de soutenir la culture électronique, mais on a un peu dérivé vers le sport et la culture urbaine. C’est une asso qui défend l’idée du sport, du handicap et l’accessibilité, de l’intergenerationalité. C’est très vaste.

Y : D’où vient le nom ?

Y : C’est quoi le Sainté Street ?

Olivier : Le Sainté Street c’est une espèce de grande fête de la culture urbaine réunissant sport, santé, danse, musique et graph. Tout ce qui englobe culture urbaine, et même plus largement, en englobant le jeu vidéo par exemple.

photo 1

Y : Quelle était l’idée de départ ? D’où est partie l’idée ?

Olivier : A l’époque, j’étais administrateur de la ligérienne de musique actuelle au Fil, j’avais inscrit mon fils aux cours de skate au skate park et, en traversant le parc François Mitterand où il se passait pas grand-chose, je me suis dit que ce serait une bonne idée de créer des contenus entre Le Fil et le skate-park.

Y : C’est quoi le programme de cette troisième édition ?

image 3

Y : Qui sont les participants ?

Y : Quelles initiatives ont été prises pour la glisse et le handicap ?             

Olivier : En local, on se bat pour nos amis. Des riders qui ont eu des accidents et qu’on essaye d’accompagner le mieux qu’on peut dans leurs activités. On essaye également de faire découvrir des initiatives dans le domaine de l’accessibilité. On a également inscrit le Sainté Street au trophée de l’accessibilité. Le Sainté Street s’inscrit en outre dans le cadre de l’initiative de « Saint-Etienne : Ville en partage », qui référencie les actions pour les personnes en situation de handicap. A l’échelle nationale, je citerai l’application mobile I wheel Share pour identifier les problèmes d’accessibilité.

Y : C’est quoi la suite pour l’association ?

Olivier : Continuer ce qu’on a su faire aujourd’hui, développer l’accessibilité. Le festival est gratuit. Handicapé ou non, l’important c’est d’être ensemble, c’est aussi ça l’accessibilité. On va peut-être organiser une tombola pour faire gagner des toiles graphées pour rendre accessible à tous cet art-là.

Y : Un dernier mot ?

Merci Olivier !

 

Infos pratiques :

14142066_1091498527594196_6487419779314995122_n

Sainté Street 3, les 17 & 18 septembre 2016

Parc François Mitterrand

http://www.saintestreet.com/

Evénement Facebook ici

L’application qui donne une voix(e) aux personnes en situation de handicap