Certains se souviennent peut-être du Six Feet Under, un petit bar sombre qui portait bien son nom, situé près du Campus Tréfilerie. Eh bien c’est fini, il a servi sa dernière pinte, paix à son âme. Par contre, un nouvel établissement vient d’ouvrir ses portes sur les cendres du défunt tripot. Et on a envie de dire GO! GO! GO! les taupinettes : ne cherchez plus, le Lobster Club, c’est LE nouveau bar cool du quartier.

Lobster, mais pourquoi donc ? Parce qu’il y a un homard suspendu au plafond (les bilingues levez la main) ? Ou parce que c’est une référence à l’une des typos les plus utilisés par tous les graphistes hipster de la hype (les gens qui téléchargent sur DaFont levez aussi la main) ? Après tout peu importe, mais si quelqu’un a la vraie explication, on la veut bien, juste pour le fun. Poussons donc la porte et allons commander un demi. Ou deux. 

lobster-homard

Les habitués du Little Soba reconnaîtront quelques têtes connues derrière (ou devant) le comptoir, puisque c’est eux qui ont repris l’établissement. Au casting, on a donc un sosie tatoué et fort avenant de Michel Cardoze (seuls les vieux peuvent comprendre la référence, désolés) qui vous proposera une pinte de sa délicieuse Carlsberg Elephant pression avé l’accent du Père Ducrasse. Déjà rien que pour ça on kiffe.  La déco est minimaliste, pointue et assumée : quand Jean-Luc Navette rencontre Arnold Schwarzenegger, c’est au Lobster. Eh ouais. L’ambiance ? Très cool, et quand il y a match on n’est pas assourdi par la télé qui les diffuse discrètement, on est surtout bercé par une excellente playlist rock (on sent qu’il y a des gens qui ont été jeunes et chevelus dans les années 90).

lobster-cocktail

Le choix de bières est classique mais efficace (y’a de la Carlsberg E-LE-PHANT, on vous l’a déjà dit ?), les vins au verre sont corrects (comprenez : c’est pas du Pommard, mais c’est pas ça qu’on vient chercher, plutôt des petits vins tranquilles qui n’arrachent pas la glotte), et les cocktails ont des noms à la con, ce qui ne gâche rien. Compter 6/7 euros en moyenne pour les cocktails et les dijos, 2-3 euros les shooters, les vins au verre et les pressions.

lobster-sauc

Un bar, des bières, Schwarzenegger au mur, une télé avec du foot dans un coin et un moustachu au bar, vu comme ça on dirait un PMU. Mais en fait non, pas du tout. Déjà, l’établissement ne deale ni pronostics pour le tiercé ni cartes Amigo. Ici, on vient pour un afterwork à la bonne franquette et on commande une petite planche fromage + charcuterie + mini baguette (du Gruau Lorrain steuplé) avec son demi et on s’installe avec ses copains au comptoir ou sur les mini tables, et on se prend pas la tête.

Et voilà la bête : 5 euros le petit format, 9 euros la grande, et ça fait bien le job pour l’apéro. Est-il utile de préciser que les produits sont issus de l’agriculture locale ? Les saucissons et les rigottes poussent aux arbres en Haute-Loire, comme chacun sait, et c’est pour ça qu’ils sont si bons.

lobster-planche

Bref : viendez les copains, on est bien. D’ailleurs, entre le Lobster Club et le Gros Roger quelques numéros plus loin, on réfléchit sérieusement à implanter le siège de Sainté CityCrunch dans la rue Denis Papin 🙂

Lobster Club
🏡 2 rue Denis Papin
📞 04 27 77 10 58
🇼🇼🇼 Page Facebook